Skip links

JOURNAL D’ATELIER 1 : «Introduction au multiculturalisme et à l’interculturalité: définir le cadre des ateliers» Le 31/10/2019

Du point de vue d’un participant: Une excellente occasion de rencontrer des collègues partageant les mêmes idées et de partager des pratiques

Tout d’abord, je voudrais exprimer à quel point les deux sujets me fascinent. Je suis personnellement convaincu que les cultures peuvent vivre ensemble, travailler et créer pour innover et résoudre des problèmes. Cependant, je dois souvent admettre que la volonté de vivre et de travailler ensemble ne suffit pas, face à la diversité des personnalités et des cultures. Pour pouvoir vivre et travailler ensemble, nous devons constamment consentir à l’effort, réfléchir sur nous-mêmes et sur les autres, puis nous rencontrer et expérimenter. Se réunir avec des personnes partageant les mêmes idées et travaillant pour les droits de l’homme, la diversité, les échanges culturels et la mobilité, ainsi que luttant contre la discrimination et la haine, est donc toujours une excellente occasion de se sentir partie d’un ensemble et de s’inspirer de ses collègues. J’ai particulièrement apprécié la première activité intitulée «Lignes de différences». Elle a permis aux participants de:

  • premièrement, réfléchir sur eux-mêmes et sur les autres en termes de ce qu’ils pensent les rend uniques ainsi que de ce qu’ils pensent avoir en commun ou non avec les autres membres du groupe
  • ensuite, découvrir à quel point ils avaient raison ou non, découvrir des choses communes qu’ils n’auraient jamais imaginées et des différences qu’ils n’avaient pas perçues ou auxquelles ils n’avaient pas pensé au départ.

Une question complémentaire qui pourrait être ajoutée dans la première phase serait celle des rêves et des peurs, des choses que l’on aime ou pas. Cela pourrait nous rappeler encore plus à quel point l’expérience humaine est similaire, renforçant ainsi le lien entre nous tous. Je pense que reconnaître l’unicité de chacun, tout en reconnaissant l’expérience commune humaine ainsi que les différences (traits communs, expériences, préférences et activités ou différence entre eux), nous aide à comprendre à quel point les êtres humains peuvent être complexes, à quel point nous sommes riches et diversifiés ensemble, et aussi à quel point nous sommes complémentaires. Je recommanderais cette activité pour commencer des formations et des séminaires sur le thème de la diversité car c’est une façon amusante de se connaître les uns les autres ainsi qu’une bonne introduction au sujet, révélant à quel point nous pouvons être subjectifs dans nos perceptions de nous-mêmes et des autres, nous faisant ainsi prendre conscience de regarder au-delà d’eux et d’expérimenter l’Autre au-delà de nos préjugés. 

 

Cette activité m’a beaucoup rappelé l’expérience et le clip «Ne mettez pas les gens dans des boîtes (Don’t Put People in Boxes)» réalisés au Danemark. Cela commence par des personnes placées dans des boîtes marquées au sol, qui sortent ensuite des boîtes pour se rassembler autour de déclarations qu’ils partagent telles que «Nous, qui avons surmonté une grande adversité», «Nous, qui sommes follement amoureux», etc.

Regarder le multiculturalisme et l’interculturalité ailleurs était très intéressant. Je ne savais pas jusqu’à présent à quel point la catégorisation ethnique, religieuse et politique était fondée sur le nom d’une personne dans certaines régions du monde. Peu importe ce qu’ils sont vraiment, ce qu’ils pensent ou croient, les gens sont littéralement étiquetés avec des étiquettes et traités en conséquence. Je suis également très troublé d’avoir entendu dire que les anciens colonisateurs visitant le pays sont mieux traités que les locaux, ce qui me semble comme les locaux eux-mêmes ont oublié leurs propres origines tout comme les frères et sœurs en raison de la colonisation. La colonisation a marqué un peu le discours, qui met en valeur mes réflexions sur le traumatisme d’une part et sur la façon dont une telle histoire partagée entre les cultures peut être décisive pour les relations interculturelles.

L’Association ASTU qui a été invitée à prendre la parole dans l’après-midi a présenté ses travaux ainsi que le contexte historique et l’évolution de la France en matière de migration et de politiques. C’était intéressant d’entendre le point de vue des turcs qui ont émigré en France dans les années 70. J’ai particulièrement apprécié le rappel qu’ils ont fait en rappelant qu’un groupe perçu, ici les turcs, n’est pas hétérogène et identique pour la seule raison qu’il partage une origine: en 2019, les Turcs en France ne sont pas les mêmes que ceux de Turquie aujourd’hui comme ils l’ont expliqué. Obtenir à la fois la connaissance de l’expérience de leur communauté en France ainsi que de l’histoire et des politiques migratoires françaises était une bonne combinaison pour saisir les deux réalités. Ils ont également donné leurs définitions de l’interculturalité et les clés, selon eux, du dialogue et des relations interculturelles. Ils ont également insisté sur le rôle actif et positif que les nouveaux arrivants doivent jouer dans un nouveau pays en sensibilisant les habitants et les ressortissants aux problèmes ou aux lacunes auxquels ils sont confrontés et en communiquant leurs revendications, plutôt que d’agir en tant que victimes ou d’adopter de mauvaises attitudes.

Pour terminer, une dernière activité a été proposée au cours de laquelle nous avons réfléchi en petits groupes sur nos définitions du multiculturalisme et de l’interculturalité. Les groupes ont choisi de se concentrer plutôt sur la définition de l’interculturalité. Bien que nous ayons tous des points de vue similaires, convenir de mots et de phrases communs pour créer une définition qui les refléterait tous a été un défi. Ce fut une bonne occasion de nous rappeler notre diversité et notre unicité et de former notre capacité à créer quelque chose ensemble.

D’ailleurs, voici ma définition:

«L’interculturalité est l’interaction positive, constructive et épanouissante entre les êtres humains de tous horizons dans leur unicité, leur complexité, leurs similitudes et leurs différences à toutes les étapes de leur vie, permettant un esprit de vivre-ensemble et de faire-ensemble.»

Un grand merci à AMSED pour avoir organisé une telle journée et nous avoir si bien accueillis!

Leave a comment

Close Bitnami banner
Bitnami